Ile Noire

Pays : France Région : Finistère Nord
Phare actuel.


Caractéristiques générales (*):
Situation : baie de Morlaix.
Latitude / Longitude : 48°40’21'' N - 03°52’32'' W
Monument classé : -
Gardienné : non.
Visitable : non.
NGA / Admiralty : 7768 / A1799.9
Construction (*):
Année de construction : 1845.
Matériaux : pierres de taille et moellons.
Architecte : Aumaître ( ingénieur ).
Entrepreneur : Louis Guillotou de Kerever.
Couleur : pierre, une face blanchie.
Hauteur : 13 m.
Forme : tour carrée.
Nombre d'étages : -
Nombre de marches : -
Habitation : oui.
Eclairage (*):
Optique : -
Lampe : -
Puissance : -
Code : Oc.(2)W.R.G. - période 6 s.
Couleur : blanche, rouge et verte.
Visibilité : 11 milles (W) et 8 milles ( R et G ).
Hauteur de la lampe : 13 m.
Hauteur sur mer : 15m.
Premier éclairage : 1 décembre 1845.
Electrification : 1973.
Automatisation : octobre 1938.
Désactivé : -
(*) Les informations contenues dans ce tableau ne peuvent pas être utilisées pour la navigation. Lire l'avis en bas de la page d'accueil.
Un agrandissement de chaque photo est possible par un click de souris.

Un peu d'histoire.

Un des accès dans la baie de Morlaix se fait par le chenal du Tréguier. Le passage par ce chenal est facilité par l’alignement « phare de la Lande – phare de l’île Noire ». L’autre accès est le chenal du Grand Cheval (voir phare de l’île Louet).

L’endroit choisi pour ce phare est l’île Noire. C’est en fait un long caillou qui émerge à peine lors des plus hautes mers. Depuis 1775, ce lieu avait déjà un amer comme l’île Louet et au lieu-dit de la Lande.
Le rapport d’éclairage des côtes de 1825 prévoit la présence d’un feu à l’entrée du port de Morlaix. Mais il fallait faciliter son accès par les deux passes, d’où l’établissement de feux secondaires.

En 1840, une ligne régulière est établie entre Morlaix et le Havre. Il fallait dès lors construire ces feux. Le projet du phare sur l’île Noire est accepté le 7 juin 1844. Il consiste en une tour carrée en moellons et pierres de taille. La face vers la mer est blanchie.
Il y aura 3 niveaux composé d’une pièce chacun. Le premier niveau sert de vestibule et du magasin. Le second niveau est la chambre des gardiens et le dernier étage est la chambre de veille.

Lors de sa mise en service, le feu est fixe blanc avec des éclats longs toutes les 2 minutes.
La tour est humide et difficile d’accès. Les gardiens ont du mal à y vivre et pas bien payés. Un des gardiens fait une chute dans l’escalier et il meurt quelques années plus tard des suites de sa chute.
En 1879, des logements sont construits sur l’île et on installe un gardien et sa famille. L’épouse est nommée gardienne auxiliaire. Mais ce n’est toujours pas vivable et la famille est vite à l’étroit car la famille s’agrandit.
En novembre 1890, un feu à éclats rouges est installé avec des secteurs blancs, rouges et verts.
Pour augmenter la surface possible à la promenade, un projet de construction d’une plateforme est déposé. Le travail ne se fera pas car trop onéreux.
Le gardien se plaint car son salaire est trop faible pour subvenir à nourrir et éduquer ses enfants (il en eu 7). Sa demande ne sera pas entendue mais il recevra une prime pour payer la scolarité de ses enfants. Trop peu, le couple Gourvil prend sa pension en 1910.
Deux couples vont se succéder pour prendre la relève jusqu’en 1938, année de l’arrivée du propane et l’automatisation du phare.
L’électrification se fait en 1973 en plaçant un aérogénérateur.


Visites

Le phare n’est pas accessible et il ne se visite pas.